Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Compteur

compteur gratuit

Publié par Lolie

"À poil, ça veut dire tout nu. Et se mettre tout nu, c'est pas rien ! Quand on se déshabille, on se découvre, on se dévoile... on se sent gêné d'être tout nu comme un ver. [...] Pourtant, si on y réfléchit, qu'on soit un bébé, un docteur ou une boulangère ; qu'on soit une fille, un garçon ou une vieille mémé ; qu'on soit petit, gros, bronzé ou poilu... on a tous des fesses, un nombril, un sexe et même des grains de beauté." Ainsi se dévoile, sur sa 4e de couverture, Tous à poil !, un livre qui, selon Jean-François Copé, figure sur la liste des ouvrages recommandés aux enseignants du premier degré par le Centre national de documentation pédagogique (CNDP).

Daniel Cohn-Bendit doit en être tout frétillant, le livre « Tous à poil ! », destiné aux petits de 5-6 ans est numéro 1 dans la catégorie album jeunesse sur Amazon. On y voit des personnages, adultes et enfants, nus ou en train de se déshabiller.

Bruno Beschizza, le secrétaire national de l’UMP a eu, au sujet de la critique de Copé qui s’insurgeait dudit ouvrage, des propos intéressants et qui sonnent familièrement à nos oreilles : « Quand le gouvernement n’a que l’invective, la diabolisation, et le procès en fascisme en réponse à des questions légitimes soulevées par Jean-François Copé, c’est qu’il est à poil sur le fond ».

Les commentaires sur le site sont dithyrambiques, et nombreux sont ceux qui s’enthousiasment sur le modernisme du livre, condamnant « l’esprit tordu » de ceux qui trouvent les dessins un peu trop réalistes pour être anodins. L’un des commentateurs estime même qu’ils ne sont pas vulgaires. Il est vrai que montrer le sexe d’une maîtresse d’école, qu’ils vont immédiatement associer à la leur, à des gamins de cinq ans n’a rien de vulgaire.

Une enseignante se réjouit même par avance d’avoir trouvé le prochain livre qu’elle fera étudier en classe avec ses élèves. Un nudiste, quant à lui, se déclare choqué par des dessins qu’il juge trop caricaturaux – dessinés par un adulte ayant une vision d’adulte – pour être tout-à-fait honnêtes.

Il est vrai que montrer des zizis qui s’agitent et des poils pubiens foisonnants à des gamins aussi petits est la priorité absolue, avant même sûrement de leur apprendre à lire.

Plusieurs mettent en balance la violence des images télévisuelles pour justifier les bienfaits de ces représentations. On pourra s’étonner de ce parallèle qui leur sort spontanément de l’esprit, quand le problème n’est pas tant de montrer des personnages nus que d’occulter le danger potentiel à banaliser le déshabillage d’un adulte en présence d’un petit enfant trop confiant pour qui, du coup, la situation serait perçue comme parfaitement normale. Un enfant n’a pas les mêmes repères qu’un adulte. Comme on apprend aux tout-petits à ne pas suivre des gens qui leur proposeraient des bonbons, on leur apprend aussi à dénoncer des adultes qui prétendraient leur faire des attouchements. C’est la base de la prévention.

Sans cette mise en garde instinctive par les parents et les adultes référents, l’enfant n’a pas les moyens de savoir ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. De toute façon, l’enfant sait parfaitement ce qu’il a entre les jambes. A partir de là, quel est l’intérêt de lui montrer le sexe d’un homme adulte ou celui d’une vieille femme ? A quoi cela peut-il lui servir de savoir qu’un homme a un zizi plus grand que le sien avec des poils ?

Les images montrent des personnes ayant autorité (la maîtresse, le policier) perdre toute crédibilité aux yeux des enfants.

Le dessin représentant les voisins en train de se déshabiller montre une petite fille rousse qui entend rester habillée et se tient en position fœtale devant les adultes qui aimeraient la voir nue et semblent se moquer d’elle, et l’ostraciser comme si elle était anormale. Imaginons un enfant qui regarderait cette image et soit confronté ensuite à un adulte pervers, ne pensera-t-il pas alors qu’il est normal que l’adulte se déshabille devant et lui demande d’en faire autant ? Et qu’il le touche aussi ? Et puis quoi d’autre encore ?

D’ailleurs, sur l’un des dessins on voit que des adultes courent derrière les enfants. Cohn-Bendit a sûrement mis 5 étoiles sur Amazon…

Une fois que les petits de maternelle se seront bien habitués à l’idée que des adultes puissent se mettre nus devant eux (peut-être faut-il rappeler que les enfants de 5 ans n’ont pas les mêmes références que les adultes et sont très loin de conceptualiser comme eux), ils seront prêts à aborder la lecture ô combien enrichissante de la Vilaine Lulu d’Yves Saint-Laurent, où on voit des tout-petits ligotés, dénudés, torturés…

D’ailleurs ces dessins restent encore trop abstraits. Pour rendre une idée plus juste de la nudité, il serait sans doute plus judicieux de leur montrer des revues pornographiques avec des vraies personnes et des vrais pubis, afin qu’ils se fassent une idée encore plus précise de la chose. On n’est jamais trop éducatif.

Il le soutient mais ne veut pas en endosser la responsabilité.

Après les attaques de Jean-François Copé le 9 février au sujet d'un ouvrage intitulé Tous à poil et recommandé selon lui aux enseignants des classes de primaire, Vincent Peillon a fait venir la presse à la dernière minute dans son ministère ce 10 février pour riposter.

Son argumentaire tient en deux points : 1) il n'a rien à redire sur le contenu de cet ouvrage et 2) le livre n'est de toutes façons que la recommandation d'une lointaine association ardéchoise.

Le ministre de l'Education nationale prend en effet toutes ses distances avec Tous à poilen le décrivant ainsi :

-"Il y a un livre recommandé par une association de lecture de la Drôme et de l'Ardèche, dans une liste d'une centaine d'ouvrages pour enfants qui existe depuis des années. (...)Il y a beaucoup de parents dans cette association. (...)Ce sont des associations qui justement cherchent à développer la lecture, font un travail avec les enfants et les parents et recommandent un certain nombre d’ouvrages.Ces livres sont des livres d’éditeur dont on peut faire un usage pédagogique, ensuite c'est au libre choix des enseignants de le faire ou pas."

Et ajoute :

-"Si on commence à faire ça sur l’ensemble de ce que les associations de parents ou de lectures peuvent faire en France , on va partir dans une inquisition qui sera tout à fait regrettable."

Factuellement, le ministre a raison

Tous à poil fait partie d'une liste de 92 albums jeunesse recommandés par L'Atelier des Merveilles, association du Teil, en Ardèche, qui établit ces listes avec des familles depuis 2009. Le livre en question a été ajouté en 2012.

Les missions départementales aux droits des femmes et à l'égalité ont soutenu la création de cette liste qui a fini par être diffusée par le Centre régional de documentation pédagodique de l'Académie de Grenoble.

Comme l'indique Vincent Peillon, les listes diffusées par ce centre font office de recommandations que les enseignants sont libres de suivre, ou pas.

Mais la présentation du ministre ne va pas jusqu'au bout. Vincent Peillon semble en effet vouloir cantonner à un niveau local, et presque anecdotique, ce qui a été récemment diffusé à une échelle nationale via les ABCD de l'égalité.

Ces derniers, qui proposent des ressources aux enseignants pour mieux appréhender les inégalités filles-garçons dès la maternelle, reprennent les bibliographies diffusées par six académies.

Celle de l'Ardèche avec Tous à Poil en fait partie, au milieu de six autres listes tout aussi fournies. On peut concrètement trouver un lien vers cette liste dans la rubrique

"outils pédagogiques"

du site des ABCD de l'égalité - décrit comme 

le site de référence 

par le gouvernement - en se rendant dans la sous-partie "littérature jeunesse".

Notons que, le nom de domaine ayant migré, le lien n'est plus valide sur le site officiel. Voici la 

nouvelle adresse de la bibliographie 

qui se présente ainsi :

Bref, comme le relève "Le Monde" , "Tous à poil" n'est présent sur aucune liste de livres officiellement proposés aux enseignants et la constitution de la liste est particulièrement singulière puisqu'elle a été réalisée par les parents d'élève d'une association. En revanche, l'ouvrage a bien été promu sur un site institutionnel national à la faveur des ABCD de l'égalité.

Interrogé à ce sujet par le Lab ce 10 février, Vincent Peillon n'a pas caché la promotion par les ABCD de l'égalité de cette liste d'une "association de lecture dans la Drôme et l'Ardèche".

Il a tenu à préciser que ces programmes n'étaient pas nouveaux et que les remettre en question serait néfaste pour le travail sur les stéréotypes

- Le Lab : " Reconnaissez-vous que cet ouvrage est recommandé, parmi d'autres, par le site des ABCD de l'égalité ?"

- Vincent Peillon : "Absolument. C’était d’ailleurs en 2009 déjà une recommandation des personnes qui travaillent à la lutte contre les stéréotypes. Il ne faudrait pas qu'on mette en question."

– "car c’est ce qui se cache derrière tout ça"


 – "La nécessité de faire un travail entre les hommes et les femmes.Ce n’est pas nier les différences mais au contraire les reconnaître et considérer qu’elles ne doivent pas empêcher certains d’avoir accès à un certain nombre de métiers."

Sans rentrer dans le débat sur le contenu de l'ouvrage (en quoi montrer des dessins de personnes se déshabillant à des enfants est-il un problème, en fait ?), l'information donnée par Jean-François Copé le 9 février sur RTL n'est donc pas factuellement inexacte. Amplifiée mais pas inexacte. Tous à poil fait bien partie des livres que les ABCD de l’égalité voient d’un bon œil et conseillent aux enseignants qui seraient intéressés.

Une première pour l'UMP qui multiplie depuis quelques jours les fausses rumeurs telle que l'existence d'un document promouvant la théorie du genre que le gouvernement voudrait cacher (document pourtant diffusé dans un premier temps par l'UMP au pouvoir) ou la diffusion de films à des enfants de primaire montrant des scènes de sexe entre personnes homosexuelles, (affirmation intégralement fausse.

Caroline Alamachère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean- Lou 18/09/2014 16:29

Bonjour Caroline,

Article très intéressant sur ce qui convient d'appeler : "la diabolisation ou pas du corps humain pour nos enfants ?"

En somme, voici un livre où les enfants ne découvrent rien d'autre que ce qu'ils ne savent déjà : ils sont eux, enfants, à l'image de leurs parents et des autres adultes qui peuplent cette terre (ils sont normaux et humains quoi !) *

* A ceci près pour eux comme pour chacun d'entre nous "avec inclus toutes les petites différences physiques d'une personne à une autre" qui font ce que nous sommes : des êtres dignes d'intérêt pour l'autre puisque la monotonie physique n'existe pas chez nous.

Où est "le choquant" là-dedans" et je ne crois pas que le contenu de ce livre le soit (?)

Reste qu'il soit indispensable que le discours porté par l'adulte à l'enfant sur ce qui est contenu dans les pages dudit livre, soit en corrélation avec ce que l'enfant voit sur ces pages, de l'explication de l'adulte par des mots simples pour qu'il soit pleinement et sainement interprété par lui.

Le corps humain est beau dans sa complexité. Dame Nature gouverne cela et les jeunes enfants si l'on ne leur à pas mis en avant une certaine "diabolisation du corps qui est le nôtre à tous", ils n'y verront jamais rien de mal bien au contraire : ils n'auront aucune gêne de leur corps ni à être nus avec d'autres personnes (autres enfants ou même adultes).

Par contre, là où je suis d'accord, c'est qu'il existe une frontière qu'il convient de ne jamais franchir auprès des enfants qui est celle de l'image du corps utilisé de manières obscènes et choquantes, immorales et condamnables.

Le corps humain en lui-même n'a rien de scandaleux et pour preuve, depuis bien longtemps, il est superbement magnifié par des artistes de grand talent.

Lolie 20/12/2014 12:34

Cet article a bien était écris par Caroline Alamachère mais c'est sous ma responsabilité que je l'ai mis ici, sur mon blog car sa pertinence correspond a ce que je voulais qu'il soit, Il n'y a rien de diabolique a montrer à l'enfant et quel que soit son âge, la nudité telle qu'elle se présente à l'oeil humain, dans toute sa simplicité, je pratique le naturisme avec mes enfants ce qui n'a de choquant que pour ceux qui complique les choses, nous naissons tous ainsi, alors pourquoi tout de suite en faire un drame... L'image que l'on donne a la nudité, c'est nous qui la fabriquons et en tant que mère, je l'inculte a ma grande fille, Ma deuxième est encore trop jeune pour comprendre le mécanisme du cerveau humain...Mais comme tout, la moralité a ses limite et le danger de voir une nudité mal représentée est partout....