Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Compteur

compteur gratuit

Publié par Lolie

 

Je suis tombée sur cette illustration sur Facebook et elle m'a inspirée cette histoire, Elle n'est que pure fiction, et pourtant, j'ai l'impression de lire un fait d'ivers..... Lisant en écoutant Lindsey Stirling, car cette musique n'est pas étrangère a mon inspiration....

17.jpg

Seule au bord du lac, une jeune femme se trouve debout, regardant au large, pensant apercevoir l'autre rive, mais cette nuit là, la brume était dense, Abandonnant ses chaussures, elle fit un pas en avant, elle semblait sortir de nulle part, comme une touche ajoutée dans ce décor triste et silencieux, dont seul, on entendait les clapotis de l'eau se brisant sur les pierres et mouillant ses pieds nus. Son visage fin était pale, ses regard profond et noir semblait vide, sombre, quelques larmes coulaient sur sa joue, trahissant sa détresse…

Divine émotion de voir cette femme aux longs cheveux noirs, debout, dans une longue robe de soirée noire, tenant à la main, un violon et son archet, d'où venait-elle? Que faisait elle si loin des premières habitations, des rassemblements mondains? Elle avança encore d'un pas, posa son instrument sur l'épaule, hésita et se mit a jouer un air triste, les notes volaient lentement vers le lointain, seul spectateur, un arbre endormi dont les branches sans feuilles, recouvertes d'humidité semblaient scintillées à la lueur de la lune voilée, tel des guirlandes éclairant la jeune musicienne se trouvant, ainsi, une dernière fois sous les feux des projecteurs...

Un fois la musique fini, elle laissa tombée ses bras le long du corps, et resta silencieuse, comme pour saluer son public fantôme... Elle se retourna et posa le violon et son archet sur une grosse pierre, qui se trouvait a ses cotés, le saluant du regard comme pour lui dire adieu et sa reconnaissance d’avoir été un compagnon fidèle et apaisant ...

Regardant toujours au loin, l'horizon, elle commença a descendre les bretelles de sa robe le long de ses bras, puis, le haut de son corps se dévoila, lentement, pudiquement, elle fit la tomber, a ses pieds, un bruit sourd chuchota quand le vêtement entra en contact avec le sol et l'eau...

Elle était nue, la fraicheur de la nuit ne semblait pas la gêner, elle avait l'apparence d'une muse, elle paraissait, faire partie du paysage, maintenant, comme ces personnages légendaires qui peuplaient nos forêts et nos livres d’enfant, qui apparaissait furtivement aux voyageurs égarés... De ses mains, elle cachait son intimité, délicate et sensuelle discrétion féminine mais qui pouvait la voir, elle était très belle et cette beauté appelait le respect…

La jeune femme avança a nouveau, entra dans le lac, les lueurs de la lune, jouait avec les mouvements de son corps, comme si elles le couvraient de caresses, de baisers comme pour rendre hommage à sa beauté...

Elle pénétrait dans l'eau, de plus en plus, l'eau atteignait delà ses hanches, elle se retourna, juste pour regarder derrière elle, comme si elle hésitait, pensait elle a quelqu’un ? Pensait elle que quelqu’un la retiendrait ? Son regard donnait l’impression de chercher quelque chose, un espoir, peut-être. Puis, d’un pas triste, elle continua à avancer, l'eau arrivait maintenant a la hauteur de sa poitrine, elle frissonna, le lac était glacial... D'un élan, elle s'élança et se mit a nager, toujours vers l'horizon, abandonnant sa vie passée, quelle blessure l'avait elle emmenée au bord de ce lac?

La jeune femme, s'éloignée, s'estompée dans la nuit et la brume, elle disparue totalement et personne ne la revit, comme si elle n'avait jamais existée. Personne ne se souviendra de son passage sur terre, de sa beauté, de son visage...

Au bord du lac, ce soir là, il y avait un violon et son archet posé sur une pierre, sans âme, sans vie, Il ne jouera plus jamais les airs qui lui donnaient toute sa splendeur... Ce soir là, Il y avait une robe noire, qui flottait à la surface, seule témoin de l'histoire de sa propriétaire, une paire de chaussures a talon haut abandonnée et le parfum d'une femme qui rester là, comme pour nous faire rêver a cette femme, dont le destin s'est arrêter là, un soir d'automne....

Des promeneurs racontent, que depuis ce jour là, certain soir d’automne, quand la brume voile la lune, une très belle femme dans une longue robe noire apparait au bord du lac, le regard triste, la main tendue comme pour demander de l’aide…

D’autres, ont vu une femme nue nager dans le lac, ou marcher sur les rives du lac…

Parait-il que la nuit devient soudainement silencieuse, et si on tend l’oreille, on peut entendre un violon jouer une musique triste….

Moi je me pose des questions, qui était cette femme ? A-t-elle réussi a traversée le lac ?

On ne saura jamais ce qu’elle est devenue, moi, je continue a écouter la musique, elle me permet de m’apaiser et d’écrire et a vivre ma passion pour la danse…

Je pense que c'est pour ça qu'il faut être attentif aux autres, Si on m'avait su écouter mon coeur il y a 18 ans, je marcherais sur un autre chemin que celui que j'ai choisi de prendre...

Et puis, une petite pensée a Isabelle, mon amour, qui est morte dans l'indifférence et la solitude, elle avait 24 ans... J'ai fait l'erreur de ne pas la croire et entendre son appel....

Et aussi à l'amie de ma fille qui a 15 ans a choisi de s'en aller....

A Laura

A Isabelle

Quelques airs de violons que j'aime, quand le classique fusionne avec le rock et la techno... Deux violonnistes que j'aime... Lindsey Stirling et vanessa Maé

Et enfin quand deux voix, Adèle et Light rencontrent une violonniste, Lindsey Stirling, ça déplace des montagne... Ce n'est qu'un montage mais on reverait de les retrouver toute les trois sur scène....

Lolie

Commenter cet article