Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Compteur

compteur gratuit

Publié par Lolie

Les petits malaises de votre bébé

 



Seuls seront décrits les malaises peu graves dont peuvent être affectés tous les bébés à un moment ou à un autre ; pour le reste, seuls les pédiatres ont vocation à donner des avis médicaux et des recommandations particulières.

bébé avalé de travers

 

Si l’objet est visible et accessible, on peut essayer de l’enlever avec les doigts mais avec la plus grande délicatesse afin de ne pas enfoncer plus en arrière l’objet. En cas d’échec, il est classique de mettre l’enfant la tête en bas, et de lui donner dans le dos à hauteur de la poitrine des petites tapes vigoureuses afin de faire sortir l’objet de la bouche. La méthode recommandée aujourd’hui est la méthode de Heimlich : La manœuvre consiste à mettre l’enfant en position assise ; on prend alors place derrière lui en lui entourant la taille, et on place un poing fermé au niveau du creux de l’estomac au dessus de l’ombilic ; puis, l’autre main est placée sur le poing et une brusque pression est alors exercée, dirigée vers le haut et l’arrière c’est-à-dire vers vous. L’air, chassé des poumons vers la trachée, expulse le corps étranger. Le geste peut être répété à plusieurs reprises, chaque poussée devant être bien séparée de la précédente. Chez le nourrisson, la pression sera faite par le bout des doigts et avec beaucoup de précaution en tenant compte de la fragilité des os à cet âge. Si vous n’obtenez pas de résultat, transportez d’urgence votre enfant à l’hôpital !

bébé étouffé dans son berceau

Si votre bébé est pâle ou violacé, inerte ou bien agité de mouvements convulsifs : mettez lui la tête en arrière pour faciliter sa respiration. S’il ne respire toujours pas, commencez la respiration artificielle (bouche à bouche) et appelez immédiatement les urgences ou les pompiers.

bébé étouffe ou étouffement

Souvent, il s’agit du bébé qui s’est endormit sous ses couvertures et qui a manqué d’air. Dans d’autres cas il a avalé de travers, c’est-à-dire qu’un corps étranger s’est engagé dans les voies respiratoires (appelé « fausse route »). L’arrêt de la respiration peut être subi ou progressif. Dans le dernier cas, le bébé respire lentement, bruyamment(d’une respiration rauque et sifflante) ; il bleuit. S’il n’y a pas d’intervention efficace, l’enfant cesse de respirer.

Caldendrier des vaccins

- Dès le 1er mois : BCG contre la tuberculose. - A partir de 2 mois : 1ère injection de DTCP Hib contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et 1ère injection Hépatite B. - 3 mois : 2ème injection de DTCP Hib et Hépatite B. - 4 mois : 3ème injection de DTCP Hib et Hépatite B. - A partir de 12 mois : 1ère dose de ROR contre la rougeole, oreillons et rubéole. - 16-18 mois : 1er rappel de DTCP Hib et 4ème injection Hépatite B. Entre 3 et 6 ans : 2ème dose de ROR et BCG contre la tuberculose.

conjonctivite

Votre bébé a les yeux rouges et ses paupières sont collées le matin. C’est une infection de la conjonctivite.   Que faire : nettoyer les yeux de votre enfant avec une infusion tiède de fleurs de camomille. Si depuis la naissance l’œil larmoie et finit par s’infecter, votre enfant a un canal lacrymal bouché et votre médecin vous conseillera d’aller voir un ophtalmologue. Mais ce petit problème peut disparaître de lui-même

enurésie

C’est l’absence de contrôle de la vessie à un âge où habituellement l’enfant est propre.   Mais, il est important de savoir que l’âge de la propreté varie avec chaque enfant !  

  • On commence à parler d’Enurésie que vers l’âge de 4 ans (et non avant).  
  • On parle d’énurésie primaire lorsque votre enfant n’a jamais été propre ; il s’agit en principe d’une immaturité du contrôle de la vessie ou de maladresse au moment de l’apprentissage de la propreté.  
  • On parle d’énurésie secondaire lorsque, avant 4-5 ans, l’enfant a déjà été propre et se remouille. L’incident peut s’interpréter de 2 manières : soit comme une régression à un stade antérieur qui se produit lorsque l’acquisition de la propreté est récente, soit l’énurésie peut aussi témoigner d’une certaine agressivité que l’enfant ne s’autorise pas avec ses parents, et qu’il défoule pendant la nuit.  

L’énurésie est en général nocturne, l’enfant se mouillant une ou plusieurs fois par nuit. Mais il existe des énurésies de jour qui complique beaucoup la vie quotidienne et scolaire.  

Le traitement de l’énurésie fait appel à de très nombreuses méthodes, ce qui prouve bien la complexité des difficultés rencontrées.  

  • restreindre les liquides lors du repas du soir
  • ne pas mettre de couches pour la nuit
  • réveils à heures fixes
  • gymnastique de la vessie (on apprend à votre enfant à retenir le jet)   
  • médicaments destinés à augmenter la vigilance ou à diminuer l’anxiété, à inhiber les contractions de la vessie.   

Dans tous les cas le soutien psychologique est absolument primordial !   Il est important d’obtenir la participation de l’enfant lui-même : le médecin lui expliquera le mécanisme de contrôle de sa vessie et comment celle-ci peut se maintenir fermée pendant le sommeil.  

On peut proposer par exemple à un enfant de 5 ans de tenir lui-même un petit carnet : s’il est mouillé il dessine un nuage et la pluie, s’il est sec, il dessine un soleil. Au bout de quelques semaines, les petits soleils augmenteront rapidement.

épiglottite

C'est une forme particulère de laryngite, rare mais grave. Elle se caractérise par une fièvre élevée, une gêne à la déglutition et une difficulté respiratoire qui s'aggrave rapidement. L'enfant reste assis et refuse de s'alonger; il ne faur surtout pas l'y obliger sous peine d'une aggravation brutale. Cette laryngite est d'origine microbienne; elle nécessite un traitement d'urgence en milieu hospitalier.

épilepsie

C’est une maladie caractérisée par la répétition de crises convulsives ; elles surviennent en principe en dehors de toute fièvre, à la grande différence des convulsions fébriles.  

Il existe différentes sortes de crises épileptiques :  

  • la plus fréquente est la forme complète dite « tonico-clonique » ; cette crise débute par une perte brutale de conscience avec chute. Le corps se raidit puis est animé de secousses rythmées des membres et du visage, les yeux sont fixes et révulsés. Le visage est cyanosé et la respiration bloquée. Après quelques instants la crise s’arrête, la respiration reprend, bruyante et l’enfant est sans connaissance, en relâchement musculaire complet avec perte d’urine. Après quelques minutes l’enfant s’endort, et au réveil, il ne garde aucun souvenir de la crise.
  • Il existe également des crises incomplètes, limitées à un simple accès de raidissement  ou au contraire de mollesse, à une simple révulsion oculaire, à quelques secousses localisées.  
  • Il existe des formes partielles limitées au visage, survenant en pleine conscience, avec impossibilité de parler, alors que la compréhension reste intact, et des crises en rapport avec le sommeil survenant soit à l’endormissement soit au réveil.  

L’important est de rechercher la cause de l’épilepsie. Est elle d’origine organique, c’est-à-dire liée à une lésion cérébrale ? Actuellement la réponse peut être donnée grâce au scanner ou à l’IRM cérébrale.  

Certaines crises peuvent être déclenchées par des stimulations lumineuses répétées (rôle nocif des écrans de télévision, ordinateurs, jeux vidéos) chez les personnes prédisposées.  

Quand la cause de l’épilepsie n’a pas pu être trouvée, on parle d’épilepsie primaire essentielle.  

L’enfant sujet à l’épilepsie aura un traitement médicamenteux quotidien qu’il devra prendre pendant plusieurs années.

L’absence de crise pendant 3 ans peut amener le médecin à arrêter progressivement le traitement.  

Il est important de savoir que l’épilepsie chez l’enfant n’est plus une maladie inguérissable (demandant un traitement à vie).  

Aujourd’hui elle peut dans certains cas être considérée comme bénigne et limitée dans le temps.  

Il faudra organiser une journée régulière à votre enfant, en évitant rigoureusement le manque de sommeil.  

Les jeux et activités sportives ne lui seront pas interdites.   Fondation française pour la recherche sur l’épilepsie 48, rue de Bargue 75015 PARIS Tél. : 01.47.83.65.36

érythème fessier

Malgré les soins apportés régulièrement à votre bébé, la peau des fesses est fragilisé par l’humidité, les poussées dentaires, une allergie aux couches, champignons… Traitez les rougeurs avec de l’éosine aqueuse (désinfectant et cicatrisant coloré rouge) et à la pommade cicatrisante telle que MITOSYL ou BEPANTHENE (à mettre sur les fesses de votre bébé après chaque change et même en cas de non irritation). Enfin, séchez bien les fesses après la toilette et laissez les fesses respirer à l’air libre quelques minutes au cours de la journée

 

 infection urinaire

Chez le nourrisson, l’infection urinaire est fréquente. Il ne faut pas s’attendre aux symptômes habituels chez l’adulte (brûlures, envies fréquentes d’uriner etc..).   Au contraire, chez le bébé, cette infection s’accompagne de peu de symptômes, ou bien ceux-ci sont trompeurs ; elle se manifeste le plus souvent par des accès de fièvre, et c’est en l’absence d’autres causes à cette fièvre qui doit attirer votre attention. On constate souvent un mauvais état général avec manque d’appétit, pâleur, prise de poids insuffisante et douleurs abdominales.   C’est l’analyse d’urine qui permet de reconnaître l’infection, et le médecin le demandera systématiquement devant tout état maladif mal caractérisé.Un traitement antibiotique sera prescrit à votre bébé lequel risquera de se prolonger plusieurs mois. En effet, l’infection urinaire est sujette aux répétitions.

intoxication

Maximum de risque : entre 1 et 4 ans (les médicaments et les produits ménagers étant les grands responsables : ils doivent tous être rangés en hauteur!!

  2 situations peuvent se présenter :  

  • 1): Vous voyer votre enfant avaler un produit toxique
  • (médicament, alcool, produit d'entretien...)  

Ce que vous devez faire:

  • Avant tout garder votre sang froid
  • Téléphoner au centre anti-poison ou à l'hôpital le plus proche. Ce sont eux qui vous indiqueront quelle conduite avoir et s'il faut transporter l'enfant à l'hôpital.   Dans le dernier cas, c'est l'hôpital qui prendra contact avec le centre anti-poison, et effectuera les 1erès mesures d'urgence (évacuation gastrique, réanimation...) et décidera évenuellement d'un transfert vers un service spécialisé.  
  • Répondre avec le plus de précisions possible en ce qui concerne le produit (nature, quantité), l'heure de l'aacident, les symptômes. Apportez les produits ainsi que les amballages à l'hôpital.  

Coordonnées de Centres anti-poison :  

  • Bordeaux : Pellegrin 05.56.96.40.80  
  • Lille : CHR 03.20.44.44.44  
  • Lyon : Edouard -Herriot 04.72.11.69.11  
  • Marseille : Salvator 04.91.75.25.25  
  • Nancy : Central 03.83.32.36.36  
  • Paris : Fernand-Widal 01.40.05.48.48  
  • Rennes : CHR 02.99.59.22.22  
  • Toulouse : Purpan 05.61.49.33.33   
  • 2) Votre enfant présente certains symptômes faisant penser qu'il a absorbé un produit toxique : il titube, ou il est somnolent, ou il ne tient pas debout.

​​Il faut immédiatement conduire l'enfant à l'hôpital pour que le médecin vide son estomac et mette en route un traitement qui facilitera l'élimination du produit.

Avant de partir à l'hôpital, essayez de trouver ce que l'enfant à pu absorber.   On croit souvent qu'il faut faire boire un enfant lorsqu'on redoute une intoxication.

Cela n'est recommandé dans aucun cas !!!

Et pour aucune boisson !!  

Cela peut même être dangereux .Il est également dangereux de faire vomir!

laryngite

Il y a deux sortes de laryngites chez l'enfant; l'une est plus grave que l'autre, mais toutes deux sont difficiles à distinguer au début.

  • La laryngite striduleuse: le début est brusque, le plus souvent la nuit, et la gêne à respirer est impressionnante. Il s'agit d'un spasme laryngé qui disparaît en quelques heures mais qui a tendance à se répéter.
  • L'autre forme est provoquée par un virus  (c'est la laryngite oedémateuse infectieuse virale). Le début est moins brusque que pour l'autre mais l'évolution est plus grave et nécessite une surveillance et un traitement spécifique à l'hôpital.

maladie de Kawasaki fièvre éruption cutnanée

Décrite d'abord au Japon il ya une trentaine d'années, c'est maladie n'est pas exceptionnelle chez le nourrisson et chez l'enfant en-dessous de 5 ans. La cause est encore inconnue.  

Les symptômes associent une fièvre élevée, une éruption siégeant principalement sur le tronc (pouvant faire penser à la rougeole ou la scarlatine), la bouche, le pharynx et les yeux (pharyngite, lèvres sèches et fissurées, langue fraisée et rouge, conjonctivite...), des ganglions sur le cou.  

Un symptôme très caractéristique est observé sur les mains et sur les pieds qui sont enflés, rouges, et qui pèlent. Cette maladie peut durer plusieurs semaines, même plusieurs mois si elle n'est pas traitée. Dans la plupart des cas, l'enfant guérit sans séquelles mais des complications cardiaques peuvent survenir  (atteinte des artères coronaires). Cette maladie nécessite un traitement en milieu hospitalier et une surveillance cardiologique régulière et prolongée.

maladie de Leiner Moussous

Il s'agit d'une maladie de la peau dès les 1ères semaines de la vie de votre bébé.   Cette maladie est dite "bipolaire" car elle associent un érythème des plis fessiers et des lésions du cuir chevelu.  

Elle débute au niveau des plis de l'aine : la peau, à cet endroit, a un aspect brillant (elle suinte). L'inflammation gagne les fesses, l'intérieur des cuisses et l'abdomen.

Toute la région du siège est atteinte.Alors la maladie apparaît à l'autre pôle du corps : la tête.Dans le cuir chevelu et dans les sourcils, on voit des croûtes jaunes brunâtres apparaître et grasses, tombant facilement, et sous lesquelles la peau est rouge.  

Tous les plis (cou, oreilles, aiselles) peuvent être atteints. L'enfant n'a pas de fièvre. Son état général n'est pas modifié, si ce n'est que certains enfants ont des selles fréquentes.  

En ce qui concerne les soins : il faut nettoyer les régions qui pèlent avec de l'huile d'olive ou d'amande douce, et ce 2 fois par jour. Et les laver avec du savon acide. Le médecin prescrira des solutions colorantes et des pommades anti-septiques.

Pour hâter la guérison, il faut que l'enfant soit le plus au sec possible : soit le changer très souvent ou, plus simple le laisser tout nu à l'air libre. Cette maladie est bénigne, elle guérira en quelques mois, contrairement à l'eczéma, avec lequel elle ne doit pas être confondue. Son origine est mal connue.

méthode de Heimlich votre bébé a avalé de travers

La manœuvre consiste à mettre l’enfant en position assise ; on prend alors place derrière lui en lui entourant la taille, et on place un poing fermé au niveau du creux de l’estomac au dessus de l’ombilic ; puis, l’autre main est placée sur le poing et une brusque pression est alors exercée, dirigée vers le haut et l’arrière c’est-à-dire vers vous.  

L’air, chassé des poumons vers la trachée, expulse le corps étranger.   Le geste peut être répété à plusieurs reprises, chaque poussée devant être bien séparée de la précédente.  

Chez le nourrisson, la pression sera faite par le bout des doigts et avec beaucoup de précaution en tenant compte de la fragilité des os à cet âge.   Si vous n’obtenez pas de résultat, transportez d’urgence votre enfant à l’hôpital !

muguet du nourrisson

Infection due à un champignon microscopique (candida albicans). Elle se caractérise par des petites taches blanches à l’intérieur des joues (bouche). Le muguet peut être douloureux et empêcher votre bébé de boire. Le médecin vous prescrira un gel à mettre sur la tétine. Il est très important de consulter rapidement un médecin car les taches peuvent s’étendre sur l’ensemble du tube digestif jusqu’à l’anus.

oreillons

Cette maladie apparaît au printemps ou en hiver. Elle est très rare avant 1 an pour les raisons exposées ci-dessus. On ne peut l’avoir qu’une fois dans sa vie. L’incubation est de 3 semaines et le bébé est contagieux quelques jours avant l’apparition des symptômes et le reste pendant une dizaine de jour. Le symptôme principal est le gonflement des glandes situées au-dessous de l’oreille. Votre bébé est souvent gêné pour avaler ou pour ouvrir sa bouche. Il pleure lorsque l’on touche la zone situé en dessous de l’oreille car cette dernière est douloureuse. Les autres symptômes sont : fièvre, maux de tête, vomissements. Que faire : Votre enfant doit garder la couche tant qu’il a de la fièvre. Nourrissez votre enfant en évitant les aliments qui nécessitent une longue mastication (préférer les aliments liquides tels que les soupes). Contre la douleur, mettez des compresses chaudes sur la zone située en dessous de l’oreille et donnez lui de l’aspirine si le médecin de l’enfant l’autorise

retard de la marche

L'âge habituel de la marche se situe entre 12 et 14 mois, mais il est variable d'un enfant à l'autre, et la fourchette s'etend de 10 à 18 mois; ce n'est que après cet âge que l'on peut parler de retard. Après 18 mois, un examen médical est donc nécessaire pour un bilan qui recherchera les différentes causes possibles d'un retard : poids excessif, maladie passagère ou succession de maladies, atteinte osseuse, atrophie musculaire des membres inférieurs et d'autres maladies neuromusculaires. L'atteinte du système nerveux par lésion cérébrale, congénitale ou acquise, peut entraîner des paralysies ou des troubles de l'équilibre. Si l'intelligence a un développement normal, il s'agit d'une infirmité motrice cérébrale. Des méthodes éducatives adaptées à ce cas permettront aux enfants de se développer selon leurs possibilités. Ces causes majeures étant éliminées, un retard de la marche peut poser le problème d'un bon équilibre nutritionnel et en particulier un déficit en vitamine D. Il faut également se demander si l'enfant vit dans un contexte affectif favorable et suffisamment stimulant.   

.retard du langage

L'absence de langage organisé (association de 2 mots) au delà de 3 ans n'est pas normal et doit amener les parents à se poser les questions suivantes :  

  • Il faut d'abord s'assurer que l'enfant entend bien. Pour cela un médecin fera un examen de l'audition. Il peut s'agir d'une surdité légère, partielle, et qui a tout à fait pu passer inaperçue.
  • En second lieu un handicap mental doit être éliminé en observant le comportement de l'enfant, ses jeux, son niveau de compréhension; au besoin, le médecin lui fera passer des tests psychologiques adaptés.
  • Enfin, l'absence de langage peut, dans de rares cas, être dû à un trouble grave du développement de la personnalité et des difficultés majeures avec l'entourage.  

C'est différentes possibilités éliminées, il s'agit d'un retard simple du langage : l'enfant a une compréhension parfaite et un comportement normal, mais ce dernier n'émet que quelques mots plus ou moins bien articulés sans les associer entre eux (sans faire de pharse). Les raisons sont mal connues, on a parfois évoqué le manque de stimulation, des problèmes affectifs... Ce retard est en général rapidement rattrapé mais il peut nécessiter une rééducation.

roséole

Cette maladie est également due à un virus, et survient au printemps ou en automne par petites épidémies. Elle se caractérise par une fièvre élevée ne s’accompagnant pas d’autre symptômes excepté une petite éruption, et dure pendant plusieurs jours (5 jours). Puis cette fière disparaît aussi rapidement qu’elle est venue.

rougeole

C’est une maladie due à un virus, et les 1ers symptômes apparaissent entre 10 à 15 jours après le contagion : fièvre, rhume, mais surtout toux importante. Des petites tâches apparaissent derrière les oreilles puis sur le visage, sur les membres et finissent par s’étendre sur tout le corps. Puis les autres symptômes disparaissent très rapidement (fièvre, toux…). Les enfants de race noire sont à surveiller tout particulièrement car peuvent apparaître certaines complications.

 rubéole

Cette maladie est bénigne pour l’enfant mais grave pour la future maman pendant sa grossesse car elle peut causer des malformations sur le fœtus. Des taches rouges apparaissent d’abord sur le visage puis s’étendent au tronc et aux extrémités. Cette disparaît souvent vers le 3ème ou 4ème jour. La fièvre est peu élevée, elle dépasse rarement 38°5 et dure 1 ou 2 jours. Votre bébé est contagieux avant l’apparition des rougeurs et le reste pendant la durée de l’éruption.

  • Que faire? Dès que votre enfant a la rubéole, informez obligatoirement le personnel de l’école ou de la crèche de votre bébé.

scarlatine

La scarlatine ou fièvre écarlate fut une des maladies infantiles les plus redoutées jusqu’au début du XX ème siècle. Devenue rare en France, elle touche surtout les enfants de cinq à dix ans, par petites épidémies scolaires, lors des périodes hivernales. Elle est très rare chez les enfants de moins de 2 ans car ces derniers possèdent des anticorps maternel. A partir de 10 ans ils auront développé des anticorps qui les protégeront tout au long de leur vie.

C’est une maladie infectieuse due à une bactérie : le streptocoque du groupe A qui secrète une toxine de l’éruption nommée toxine érythrogène, qui fait rougir la peau. L’infection se développe à partir du pharynx et des amygdales. Elle est contagieuse par voie aérienne (inhalation de gouttelettes de salive), le plus souvent à partir d’un enfant atteint. L'éruption elle-même n'est pas contagieuse.  

Symptômes:   Ils surviennent après une période d'incubation (période entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes) comprise entre deux et quatre jours :

  • une fièvre élevée (jusqu'à 40°C)
  • des frissons
  • des douleurs du pharynx ressemblant à une angine,
  • une augmentation des ganglions du cou
  • des douleurs abdominales,
  • des vomissements,
  • une tachycardie,
  • des difficultés à avaler
  • une langue de couleur blanche jaunâtre
  • une angine rouge 2 jours après l’angine rouge, l’éruption (l’exanthème) s’étend, d’un rouge vif, partant du thorax puis gagnant, en une seule poussée, l’ensemble du corps, excepté les paumes des mains, les plantes des pieds ainsi que la région autour de la bouche. Une éruption survient également au niveau de la bouche et de la gorge (l’énanthème).  

Traitement   Après un prélèvement de fond de gorge qui montre la présence de streptocoque du groupe A, le médecin prescrit, sans attendre le résultat des prélèvements, un traitement à la pénicilline ou à l'amoxicilline pendant 10 jours, cela pour éviter un développement des toxines vers le cœur, les reins, et les articulations. Grâce à ce traitement, cette maladie est moins fréquente et moins grave qu’avant. Un contrôle des urines sera effectué quinze jours plus tard. Repos au lit, isolement et éviction scolaire sont fortement recommandés pendant 15 jours.

L’entourage de l’enfant sera également traité, de façon préventive, avec de la pénicilline pendant une semaine.

A savoir Mal soignée, cette maladie peut entrainer des complications : otite, rhinite, sinusite, atteintes rénales ou rhumatismes articulaires aigus. Il n'existe, à ce jour, aucun vaccins contre la scarlatine, mais une fois avoir contracté la maladie, nous demeurons immunisés à vie.

toux

La toux peut être un signe révélateur que les poumons sont fragilisés. Elle peut également être un moyen d’évacuer les glaires lorsque le bébé est enrhumé. Que faire : Il est important de bien observer les caractéristiques de la toux afin de pouvoir la décrire au médecin qui prescrira immédiatement le traitement efficace.

  • Votre bébé tousse-t-il le matin ou le soir ?
  • La toux est elle sèche ou grasse ?
  • Apparaît elle lorsque votre bébé boit ?
  • S’accompagne-t-elle de fièvre ? Etc…

Si votre bébé est encombré de glaires, vous pouvez l’aider à s’en débarrasser :

  • en lui donnant à boire
  • en rinçant son nez avec une dosette de sérum physiologique
  • en lui administrant EXOMUC nourrisson 100 mg (lui faire boire 1 sachet dilué dans l’eau et ce deux fois par jour)

Demandez toujours l’avis de votre médecin ou pharmacien.

 varicelle

La varicelle est avant tout une maladie infantile bénigne d'origine virale très contagieuse, caractérisée par une éruption cutanée et de la fièvre.   Elle est causée par le virus varicelle-zona qui appartient à la famille des herpès virus.  

Elle survient principalement au printemps et en hiver et atteint le plus souvent les enfants entre 2 et 10 ans. Plus rare chez l’adulte, celle-ci est aussi plus sévère.  

Le virus se transmet par voie aérienne (par gouttelettes de salive), par contact direct avec les lésions cutanées ou indirect avec des objets déjà contaminés.   Symptômes:  

Ils surviennent après une période d'incubation (période entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes) de deux semaines.  

Les premiers symptômes ne sont pas toujours caractéristiques de la maladie :      

  • fièvre à 38°  
  • toux
  • fatigue constante  
  • L'éruption cutanée caractéristique de la maladie (petites vésicules pleines d'eau) s'étend sur tout le corps, en poussées successives sur un intervalle de 2 à 4 jours.   

Plusieurs stades constituent l’évolution des boutons :  

  • l’éruption est tout d’abord constituée de petites tâches roses-rouges de 2 à 3 mm de diamètre, commençant au niveau de thorax puis gagnant l’ensemble du corps y compris le cuir chevelu, les aisselles et le visage
  • ces petites tâches se transformeront rapidement, en quelques heures, en petites vésicules remplies d’un liquide transparent (« gouttelette de rosée »)   
  • ces vésicules finiront par se troubler et se dessécher, laissant place à des croûtes qui tomberont au bout d’une semaine environ
  • en cas de grattage, la croûte laissera place à une cicatrice qui finira par s’atténuer au bout de quelques mois  

Un individu atteint par la varicelle sera contagieux de 2 à 3 jours avant le début de l'éruption et jusqu'à 6 jours après l'apparition des dernières vésicules.  

Traitement:  

Le traitement en lui-même se résume à éviter les surinfections par applications locales d’antiseptiques et prise d’antibiotiques en cas de surinfection bactérienne, et à soulager les démangeaisons par prise d’antihistaminiques et des tamponnements antiseptiques quotidiens. Quelques mesures d’hygiène à respecter :  

  • couper à ras les ongles de l’enfant et lui mettre un pyjama bien fermé pour éviter qu'il se gratte
  • changer ses draps tous les jours
  • bien sécher tous les boutons après avoir lavé l’enfant et préférer  la douche au bain, ce dernier retardant l'apparition des croûtes
  • isolement complet jusqu’à guérison  

L'immunité acquise après une varicelle est irrévocable et protège contre toute contamination par ce virus, mais une fois dans le corps, le virus y reste et peut se réveiller plus tard sous forme de zona.  

Rappelons que 95% de la population adulte est immunisée mais peut se révéler particulièrement dangereuse chez les femmes enceintes (la maladie présente un risque de malformation pour l'embryon ou le fœtus) et les personnes ayant des défenses immunitaires affaiblies.  

Depuis peu,  un vaccin est disponible pour les adultes (très exceptionnellement pour les enfants). Il est administrable jusqu'à trois jours après contact avec une personne malade.  

La vaccination est recommandée dans les cas suivants :  

  • aux enfants immunodéprimés ainsi qu'à leur entourage
  • aux femmes en âge de procréer sans antécédent clinique de varicelle et ayant un projet de grossesse
  • aux personnes sans antécédents de varicelle(ou dont l'histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, en contact étroit avec des personnes immunodéprimées
  • aux adultes de plus de 18 ans exposés à la varicel;, immunocompétents, sans antécédents de varicelle, dans les trois jours suivant l'exposition à un patient avec éruption
  • aux enfants en attente d'une greffe d'organe, sans antécédents de varicelle et dont la sérologie est négative

 

Comment choisir le pédiatre de son enfant ? 

Il est important de savoir que votre bébé devra, au moins une fois par mois, consulter un pédiatre. 

Les premières visites du pédiatre auront lieu à la maternité. 

Cependant, prévoyez de vous renseigner avant votre accouchement sur la personne qui suivra votre enfant pendant les premières années de sa vie. Avoir un nom sous le coude peut s'avérer très utile dès que votre enfant aura un petit problème de santé. 

Plusieurs possibilités s'offrent à vous : 

  • Choisir le pédiatre affecté à la maternité dans laquelle vous avez accouchéC'est une bonne solution car vous êtes déjà entrée en contact avec le pédiatre et l'avez vu à l'œuvre avec votre enfant. Le seul inconvénient qui peut se présenter est que la maternité soit loin de chez vous, et lorsque l'on doit se déplacer régulièrement avec un nouveau-né, ceci est loin d'être pratique !  En revanche, si la maternité est à quelques pas de votre habitation, cette solution est sans doute la meilleure. 
  • Choisir un pédiatre qu'une de vos amies connaît déjà:  Cette solution a l'avantage de vous envoyer chez quelqu'un de confiance qui a déjà fait ses preuves auprès d'un autre enfant. Cependant, cette solution peut présenter le même inconvénient que la précédente : si ce pédiatre exerce loin de chez vous, cela ne sera guère pratique. 
  • Choisir un pédiatre, dans l'annuaire, exerçant près de chez vous: C'est la solution la plus utilisée par les mamans. Certes, vous n'avez jamais entendu parler de ce pédiatre mais vous serez très vite fixée lors de la première consultation. N'hésitez pas à aller lui rendre une petite visite pour vous faire une idée sur son cabinet et sur ses compétences avant votre accouchement. Si vous n'êtes pas absolument convaincue, rien ne vous empêche de renouveler l'opération avec quelqu'un d'autre.
Demander toujours au pédiatre s'il se déplace à domicile car lorsque votre enfant aura une forte poussée de fièvre, il sera plus prudent d'éviter de sortir.
Peu de pédiatres pratiquent la visite à domicile; SOS MEDECIN peut s'avérer très utile lorsqu'il faudra éviter de sortir votre bébé.
Si aucune des solutions présentées ci-dessus ne vous convient, demandez conseil aux personnes travaillant dans la crèche de votre enfant; elles connaissent très bien le nom des pédiatres ayant bonne réputation dans le quartier.
 

Commenter cet article